Sortir à Chartres

La Grande Guerre : histoire(s) partagée(s)

 

À son décès en 2011, Bernard Macé légua à la Ville de Chartres une importante et riche collection de cartes postales, photographies, affiches, gravures, lithographies et documents divers relatifs à la Ville et à son histoire.

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale et de l’exposition « la grande guerre : histoire(s) partagée(s) », le service des Archives de Chartres a souhaité mettre en valeur une sélection de cartes postales provenant de ce fonds.

Parmi les quelques 12 000 cartes postales ayant pour sujet Chartres et sa région, une trentaine ont été envoyées au cours de la Grande Guerre et représentent un précieux témoignage sur la vie des soldats à l’arrière des lignes de combats et ce durant la totalité des cinq années de conflit.

1914

Chartres le 15 novembre 1914

 Mon cher ami

 […] Je voyais souvent Rolland mais maintenant il est parti au feu. […] On commence a en rappeler de toutes les classes principalement tous les sous officiers, hier à ma compagnie tant qu’adjudants que sergents il y en avait 80 à ma compagnie et des hommes de la classe 90 ont commencé à arriver hier avec toute la semaine des auxiliaires et même des réformés qui ont été versés dans le service armé. De la manière que ça marche nous ne sommes pas prêt de faire une manille ou une balade à Fontainebleau […]. Ton ami qui te serre la main.

H. Doineau

1915

Chartres

102e Régiment d’Infanterie, 28e compagnie

Quelques "poilus" de mon escouade […] Un groupe "d’intellectuels", des types qui n’ont rien de militaire. 

Caporal Allard

1916

 Le 22 février 1916

Cher frère et sœur.

Depuis longtemps je n’ai pas de vos nouvelles. Albéric  est-il guéri a-t’il repris complètement son service : pour moi ça va toujours ; chez nous nos petites filles ont été malades Hélène surtout donne bien du mal à sa mère. Je penses que la guerre ne finira pas. On ne parle pas de la paix pourtant on en a assez. En ce moment nous sommes auprès d’Amiens à 2 kilomètres le régiment est au repos.

Je vous embrasse bien tous de tout cœur.

Votre frère

 A.

1917

Chartres – 22 – 6 – 1917.

 Mon cher Robert,

 Je suis peinée de savoir vos parents, la proie de tant de misères ; je crois que les Allemands se donnent le mot pour faire souffrir les nôtres, car nous venons de recevoir une carte de mon parrain prisonnier ; c’est la première fois que nous recevons une lettre écrite en ces termes ; il nous dit être en bonne santé, mais il souffre d’un cafard terrible, il ne reçoit ni lettres, ni colis, il n’a plus rien à manger ; travaillant toute la journée dans des forêts avec cette chaleur, il meurt de soif et dit qu’il serait temps que la guerre finisse car il souffre horriblement[…].

1918

 Chartres 15 nov. 1918

 Chère madame,

 Chère mademoiselle

 Nous voilà donc arrivés au jour tant désiré. Nous avons la victoire, et quelle victoire ! Magnifique, telle que nous n’osions pas l’espérer. Je reviendrai bientôt passer près de vous les quelques mois qui me sépareront de la libération. J’espère que votre santé est bonne. Ici je vais bien, malgré le fort travail que nous avons. Croyez bien, chère madame et chère mademoiselle à mes sentiments de respectueux dévouement. 

Sources : cartes postales du fonds Macé (12 II).

 

Rendez-vous à l'exposition " la grande guerre : histoire(s) partagée (s) " à l'Apostrophe, espace Patrimoine. Prolongation jusqu'au 25 avril 2015.