Votre mairie - Ses grands projets

Novembre 2017

Tribune de l'opposition

Tribune de Réinventer Chartres

TOUT AVANCE... LENTEMENT.


Le journal communautaire du mois de Septembre faisait ça une sur le Maire de la Ville et une phrase choc : Tout avance !
Dans le même temps, l'Echo Républicain faisait état d'un débat en Conseil Municipal suite à une intervention de notre groupe pour avoir des explications sur les travaux de ce que la majorité municipale appelle le Pôle administratif et ce que les Chartrains appellent déjà le "Palais du maire".
Sans que les choses ne soient clairement annoncées par une majorité municipale lors du Conseil de Septembre et suite à notre interpellation, nous avons réussi à savoir que l'inauguration serait finalement organisée au mieux en
Septembre 2018 soit avec un an de retard.

Tout avance... mais lentement donc.
L'impact sur les commerçants du centre ville est aujourd'hui important et ce décalage dans le temps ne peut qu'inquiéter légitimement ceux qui font vivre le centre ville.
Au-delà du coût pour les finances publiques locales que ce soit en terme de construction (50 millions d'Euros), de gestion dans le futur (ascenseurs, coût énergétique, etc.) que d'impacts négatifs sur la ville notamment en terme de circulation pour y accéder ce projet n'est pas encore sorti de terre qu'il est déjà obsolète. Obsolète car quel sens cela a dans le monde qui vient, plus connecté et fluide, que de mettre tous nos moyens dans un bâtiment central avec une accessibilité aussi difficile d’accès (parking cher + embouteillage permanent !).
Les services rendus par la Ville sont aujourd'hui très difficilement accessibles par internet alors que la demande de nos concitoyens est de plus en plus forte dans ce domaine.
La "smart city", intelligente et durable, que nous devons construire pour le siècle qui vient est un impératif pour ne pas laisser uniquement à nos enfants des dettes et une ville sans avenir. Pour cela, il faut partir des usages des habitants et non des lubies des élus pour flatter leur propre ego.
L'argent public doit servir le maillage de services publics dans vos quartiers (comme le bureau de poste de La Madeleine) et améliorer l'usage de la ville. Cette priorité est malheureusement absente de la feuille de route de l'actuelle majorité.

L'équipe de Réinventer Chartres
Noël BILLARD, Sandra RENDA, Sébastien TENAILLON, Monique
KOPFER, Josette MORIN-BERENFELD, David LEBON"

Tribune du Front de Gauche

OPPOSITION ET MAJORITÉ
EN MARCHE AVEC MACRON ?

Le mouvement social continu autour du bureau de Poste de La Madeleine. Nous en saurons plus très bientôt sur les intentions exactes de la majorité municipale et de la direction régionale de La Poste. Une rencontre a eu lieu fin octobre entre le maire et cette direction, de plus j'ai déposé une délibération lors du conseil municipal du 25 octobre et une demande d'audience est en attente de réponse.

Autre sujet ; avez-vous remarqué que l'autre groupe « d'opposition » à M. Gorges s'est clarifié depuis l'avènement de Macron ? Il s'apparente maintenant à un groupe LREM, le parti du président de la république. M. Billard s'en revendique d'ailleurs.

Cela viens donc confirmer clairement, qu'il représente bien une nuance supplémentaire de libéralisme à coté de celui pratiqué par la majorité depuis 15 ans.

Le gouvernement Macron c'est :
- la destruction du code du travail avec la brutalité de l'urgence pendant l'été
- la suppression des contrats aidés
- l'assèchement financier des communes avec la diminution des recettes de subvention et la suppression de la taxe d'habitation… Quels projets et/ou budgets seront rogner par la majorité municipale ?
- suppression de l'impôt sur la fortune, en parallèle de la baisse de 5 € des allocations logement (APL) et du renoncement à la lutte contre l'évasion fiscale.

Nous avons un président des riches, qui prend aux plus démunis pour donner aux riches avec l'affaiblissement des services publics, et nous avons un Maire des riches qui mène le même combat de classe. Je précise que M. Gorges s'est déjà prononcé en faveur de la suppression de l'ISF. Face à ces politiques du 19e siècle, La France Insoumise et son projet est aujourd'hui la seule alternative politique crédible globalement et localement.

Denis Barbe
frontdegauche.chartres@gmail.com

Tribune sans étiquette

SIGNÉ MAXAGASE

J'ai reçu (j'imagine comme tous les élus communautaires) du cabinet de l'agglo un message électronique avec un article de journal en pièce jointe et une annotation dans le corps du texte en guise d'encouragement à la lecture : « Il n'y a pas que Paris ! ».

Dans l’enthousiasme trans-populiste qui caractérise l'aficionado d'un quotidien sportif j'ai naïvement pensé aux Jeux Olympiques !

Notre capitale-monde allait sûrement accueillir une série d'épreuves voire carrément, rêvons en grand, la cérémonie d’ouverture des jeux. Whaou ! Des pétales de blé en pluie fine sur le complexe sportif de la gare rebaptisé pour l'occasion « stade planétaire D. Trump », du jus de betteraves à volonté et des danses folkloriques, un méga show de lumières projetées sur la gare, un village olympique flambant neuf. Bref, des festivités qui ont fait la réputation universelle de Paris...pardon, de votre ville.

Ben non ! Le fichier en pièce jointe n'était pas très net, de présentation austère et de lecture pénible. Je dis lecture mais après avoir commencé j'ai eu des nausées et d'un coup j'ai vomis. Vous m'excuserez, chère Pauline (je m'adresse parfois directement à ma poignée de lecteurs), pour ce détail peu ragoûtant. L'extrait d'un torchon libéral dont je tairai le nom a eu raison de mes délicats boyaux. Le message venait d'un service au nom malheureusement évocateur et en rapport avec les odeurs dégagées par cet article.

L'atmosphère devient de plus en plus irrespirable. Vive la France !

T.Brière-Saunier
Contact: Alliance.Royale28@inmano.com
Twitter: @canardsanstete1
FB: Alliance-Royale-sur-Chartres

Tribune de la majorité

UNE CURIEUSE CONCEPTION DE LA DÉMOCRATIE

Qui n’a pas entendu un homme ou une femme politique proclamer « qu’il faut faire de la politique autrement ? »
Arrivée aux responsabilités, la même personne s’enlise souvent dans les procédés les plus conformistes. Les gauches en fournissent l’illustration régulière, beaucoup plus à l’aise dans la protestation que dans l’exercice du pouvoir : il est plus facile de brandir les grands sentiments que de se confronter aux réalités. Le dernier Conseil Municipal s’est montré à cet égard presque caricatural. Quand le conseil vote une délibération, celle-ci devient une sorte de loi municipale. L’Etat en contrôle la légalité. Et cette action municipale ne peut évidemment s’exercer que dans les domaines de compétence du maire et de la commune.
Cette double évidence semble manifestement échapper à certains, à l’extrême gauche comme chez les socialistes, puisqu’il en reste. Ainsi la première voulait que le Conseil Municipal prenne une délibération pour interdire la fermeture du bureau de Poste de la Madeleine.

Le Maire leur explique sa solution, indique qu’il l’a fermement suggérée aux responsables de La Poste. « Une délibération serait inutile, je ne suis pas le président de cette société publique. Voyez son Ministre de tutelle et votre député… »
C’était clair pour tout le monde sauf pour ces gauches qui confondent allégrement délibérations et pancartes de manif. D’un côté, un élu-responsable qui se donne les moyens de convaincre. De l’autre, le choix de l’impuissance au nom de pseudo- grands principes.

Un représentant du PS (aux dernières nouvelles, il en serait encore membre…) voulait aussi que le Conseil Municipal interdise l’accès au territoire de Chartres, des cirques qui produisent des spectacles présentant des animaux sauvages en cage. Là encore le maire explique qu’une telle délibération serait quasi-inévitablement rejetée par le contrôle de légalité exercé par la Préfecture.
Peu importe que le Maire lui –même et certains d’entre nous soient d’accord sur le fond de cette position. Non ! Cette gauche voulait le vote d’une délibération, même condamnée d’avance. Toujours cette culture de la pancarte plutôt que le respect de la Loi. Deux cultures face à face, celle de la protestation stérile contre celle de la force de conviction dans le respect de la Loi démocratique. Cette indignation professionnelle porte un nom : l’hypocrisie !
Plus généralement, nos opposants nous accusent de mépriser la démocratie quand nous mettons en oeuvre le projet pourtant validé par les Chartrains lors des dernières élections municipales. Sur chaque dossier important, les Chartrains devraient paraît-il revoter. A quoi serviraient donc les élections ?

La réponse est dans la question : il y a chez eux un refus profond de la règle de la majorité, une nostalgie tenace d’une forme de dictature des comités (en russe cela s’appelle les « soviets »), une précision utile en cette année du centenaire de la Révolution bolchevique de 1917. Coïncidence ? En français, cela se nomme la dictature des minorités.
Notez pour finir que les mêmes, au pouvoir il y a peu dans notre pays, se gardaient bien de consulter les Français, même quand ils reniaient à tour de bras leurs promesses électorales.
Décidément, ils ne changeront jamais !


Les élus de la majorité municipale