Votre mairie - Ses grands projets

Septembre 2017

Tribune de l'opposition

Tribune de Réinventer Chartres

La tribune ne nous a pas été transmise par le groupe Réinventer Chartres.

Tribune du Front de Gauche

Après l’été : manifestons!

Une nouvelle année scolaire commence, et autant être lucide, elle sera chargée du point de vue politique, économique et social. Tant sur le plan local que national.
Dans l’actualité locale, il y a la fermeture du bureau de poste de la Madeleine. Dans la précédente tribune, j’interpelai M. le Maire sur cette question. Ce dernier à préféré répondre aux polémiques stériles sur la paternité de Chartres en lumières.
Je continuerai à informer largement les chartrains sur ce projet de fermeture. Il y aura une manifestation citoyenne courant septembre (la date n’est pas définie à l’heure de la rédaction) afin d’interpeller les pouvoirs publics pour que ce projet n’aboutisse pas.
Au niveau national, des mesures ont été engagées, et d’autres adoptées en urgence par le nouveau gouvernement fraichement élu. M. le Maire doit être satisfait! Lui qui soutenait que les baisses de budget sur les communes imposés sous Hollande étaient insuffisantes et qui défendait l’idée de réduire encore d’avantage les dotations de l’état aux communes. 300 millions en moins sur les dotations 2017...
À cela s’ajoute la suppression de la taxe d’habitation, des contrats aidés... Quelles conséquences pour Chartres et/ou l’agglomération? Beaucoup de questions et d’inquiétudes, peut-être que le Maire daignera répondre à quelques-une de celles-ci, pour votre information.
A moins qu’une nouvelle polémique croustillante ne retienne son attention.
Quoi qu’il en soit, comme toujours, la mobilisation est indispensable pour se faire entendre, et septembre sera un mois de manifestation.
Rendez-vous donc à Paris les 12 et 23 septembre contre la casse du code du travail, et aussi dans les luttes locales autours de la défense du bureau de poste de la Madeleine.


Denis Barbe
frontdegauche.chartres(at)gmail.com

Tribune sans étiquette

« Somewhere over the rainbow »


Empruntons donc la route de brique jaune, cette route qui mène aux constructions extraordinaires.
Durant ces quelques semaines de congés (j’en profite avant que « monsieur 15 % » ne nous les supprime) j’ai parcouru quelques coins reculés de notre hexagone. J’en profitai pour demander benoîtement aux indigènes s’ils connaissaient « Chartres en lumière ». Toujours la même réponse et la même mimique mélangeant incompréhension et désintérêt. Damned, THE animation of the world ! En y repensant je ne m’adressai pas au bon coeur de cible, celui qui ramène des « billets » comme le dit si délicatement un certain élu. Cross the border, you moron ! Il fallait exploser mon forfait pour appeler around the world : Canada, Chine, Suède, Australie, Nigeria. Tiens, faisons un détour par le Tchad, où le président Déby a donné une interview à JA (hebdo dont je recommande la lecture). Petite phrase bien sentie : « Au lieu de nous donner des leçons, de chercher à nous imposer ses valeurs présentées comme universelles, d’exporter chez nous la culture de l’individualisme et la dépravation des moeurs, l’Occident ferait mieux d’écouter nos avis. Un peu de sens de la solidarité et du partage à l’africaine ferait beaucoup de bien à l’Europe. »
Aïe, ça pique ! Pas besoin d’aller bien loin, ça se passe à côté de chez vous.
Message pour la rédaction : pourrai-je moi aussi avoir pour ma tribune des smileys pixélisés tout pourris ? No rage du photomontage,
LOL !
Vive la France !

 

T. Bière-Saunier
Contact : Alliance.Royale28(at)inmano.com

Twitter : @canardsanstete1
FB : Alliance-Royale-sur-Chartres

Tribune de la majorité

Les libertés, racines de l’efficacité

Les interrogations, les incertitudes se bousculent dans le paysage de cette rentrée en France. Au-delà des couacs habituels d’une majorité et d’un gouvernement nouveaux (on en a vu d’autres…), ce pouvoir comme les autres se heurte aux réalités économiques, sociales et financières du pays.


Et comme d’habitude, l’Etat frappe financièrement et fiscalement, les réformes et les baisses d’impôts étant différées ou reportées.


Avec d’autres les collectivités locales en font les frais. C’est donc plus que jamais le moment de souligner combien ici, à Chartres, vous savez où nous allons. Les taux des impôts locaux baissent depuis 2001
chaque année, et cet engagement sera tenu jusqu’en 2020, malgré les ponctions brutales et persistantes de l’Etat. Il faut le souligner au moment où les seules certitudes que nous avons par ailleurs sont l’alourdissement de la CSG et la renaissance d’une nouvelle forme de l’ancienne vignette sur l’automobile…

De même circule dans les cercles proches du pouvoir l’idée d’interdire les subventions aux associations. Rien de précis pour l’instant, mais on sent bien la tendance de cet Etat recentralisateur qui veut brider
les initiatives locales à défaut d’être capable de réformer ses propres structures et son fonctionnement.

Nous n’hésitons pas à alerter aujourd’hui, au moment où se tient le Salon des Associations de Chartres. Quand vous voyez par exemple l’extraordinaire succès des Estivales de Chartres, le bonheur des gens (et des commerçants) devant les animations de cette association, demandez-vous ce que de telles manifestations coûteraient si elles devaient être gérées par des agents publics permanents ? Même si nous la subventionnons largement. Au-delà d’une simple question de chiffres, c’est une question d’éthique qui se pose à tous : que serait ce pays sans les multiples initiatives associatives qui marquent l’intérêt des citoyens pour leur vie sociale et leur cadre de vie ? Au-delà du respect des engagements des uns et des autres, c’est la question de l’engagement même qui est posée : une personne humaine n’est pas simplement un individu isolé géré tant bien que mal ( !) par un Etat et des pouvoirs publics tentaculaires, d’ailleurs souvent gaspilleurs autant que maladroits. La liberté rejoint là l’efficacité. C’est parce que les gens sont plus libres qu’ils sont aussi au bout du compte plus efficaces, même si nous ne vivrons jamais dans un monde parfait.


Les libertés communales, les libertés associatives constituent le fondement même de nos sociétés démocratiques. Les libertés publiques sont d’abord nées dans les communes du Moyen Age avant d’être
généralisées dans notre pays. Les libertés associatives participent du même esprit, notre Maire l’explique dans ce journal.

Cette rentrée sera aussi et peut-être d’abord scolaire. Le nouveau gouvernement a rendu aux communes la liberté de poursuivre ou non le système des TAP (Temps d’Activités Périscolaires), imposées par l’Etat socialiste uniformément aux collectivités locales, au mépris des réalités qui différencient la vie dans une grande ville et celle qui vaut dans un village. Nous apprécions cette liberté retrouvée et nous allons donc consulter les parents d’élèves et les enseignants de nos écoles publiques pour connaître leur préférence. Et seulement ensuite nous nous déterminerons.


Etudier, consulter, et puis décider en toute liberté, en toute responsabilité.

Bonne rentrée à tous !


Les élus de la majorité municipale