Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Votre mairie – Ses grands projets

Juin 2022

Tribune « Chartres Écologie »

LA CATHÉDRALE NOTRE-DAME DE CHARTRES EST EN DANGER

La majorité cherche à faire passer en force deux projets particulièrement dangereux de part et d'autre de notre magnifique cathédrale. Face au portail royal, le projet maintes fois largement contesté d'espace d'interprétation sous le parvis est à nouveau sur les rangs. Ce dernier avait été qualifié de « mégalomane et creux, cher et stupide » par La Tribune de l'art, revue spécialisée dans la préservation du patrimoine. Et, de l'autre côté, au chevet de Notre-Dame, un parking est à l'étude sur le site du jardin de l'Évêché que la ville semble avoir volontairement abandonné ! Encore un parking !

Si rien ne semble arrêter les bétonneurs, il est encore temps, pour vous Chartrains, de dire STOP au maire et à son équipe, et de refuser ces projets dévastateurs. Une pétition en ligne « Stop aux projets de bétonisation aux abords de la cathédrale Notre- Dame de Chartres ».

Convaincu que son projet de bétonnisation du parvis est indispensable, M. Gorges prévoit cette fois la politique de la « terre brûlée ». Après avoir abattu les arbres et démoli les bâtiments qui le dérangent sur l'esplanade, il fera fouiller le site par les archéologues qui ont déjà révélé des vestiges antiques lors des fouilles menées dans les années 1990… Vous l'avez compris, les fouilles ne sont qu'un prétexte. Attendez-vous à des années d'un trou béant sur le parvis royal. Un chantier incessant devant le chef-d'oeuvre. Un chantier que subiront de plein fouet les riverains, les Chartrains et les touristes, mais aussi les commerçants. Et, une fois le trou réalisé, les bétonneurs imposeront leur projet contesté.

Pourquoi un tel entêtement ? Quel est l'intérêt ? L'histoire de la cathédrale n'est-elle pas écrite dans ses pierres, dans ses sculptures et ses vitraux, son architecture exceptionnelle ? N'est-elle pas assez bien contée par les guides de l'office du tourisme et bénévoles des associations ? L'atmosphère et la dimension spirituelle du monument ne sont-elles pas assez puissantes ? Lorsque l'on visite la basilique Saint-Pierre de Rome, la Sagrada Familia de Barcelone ou les cathédrales de Reims, Amiens, Rouen, Strasbourg… nous invite-t-on à nous enterrer au sous-sol, face à elles, dans un « centre d'interprétation » ? Non. Pourquoi ? Parce que ça ne sert à rien ! Rappelons que deux centres d'interprétation de la cathédrale existent, chacun à quelques mètres de la cathédrale : le musée des Beaux-Arts et le Centre international du vitrail.

De la même manière, inverser la pente de l'esplanade, comme le projet le prévoit, est un non-sens historique. Notre-Dame doit rester le sommet à contempler. Il nous faut poursuivre ce cheminement vers le point haut, et lever les yeux vers elle. La cathédrale ne peut pas être ravalée à un écran de projection pour Chartres en Lumières. Ne laissons pas cette équipe de bétonneurs balayer huit siècles d'histoire par une incompréhension du sens sacré de l'exceptionnel héritage à préserver que le monde entier nous envie. Soyons nombreux pour stopper cette hérésie de part et d'autre de Notre-Dame en danger.

Agissons avant qu'il ne soit trop tard.

Quentin Guillemain, Brigitte Cottereau, Jean-François Bridet et Olivier Maupu

Site : www.chartresecologie.fr

Courriel : contact@chartresecologie.fr


Tribune « Chartres à Gauche »

UN CONSEIL MUNICIPAL DE LA JEUNESSE, POURQUOI FAIRE ?

Il existe en Eure-et-Loir un conseil départemental des jeunes (CDJ), « outil d'animation pédagogique mis à disposition des collégiens euréliens », permettant aux élus juniors de « s'impliquer dans la vie publique ». Des élèves des 49 collèges publics et privés du département sont concernés, de la 6e à la 3e.

En France, la plupart des conseils de jeunes sont animés par des personnes indépendantes du conseil des adultes, accompagnées de « personnes relais », en lien avec des membres de l'Éducation nationale, ou des spécialistes des questions à débattre. Les thèmes sont choisis par les jeunes. Leur implication dans la vie administrative du pays leur permet de mieux comprendre comment leurs choix, à partir du budget mis à leur disposition, sont déterminés par l'information, le débat, la décision collective. C'est un bon exercice pour réfléchir aux valeurs de l'engagement et de la démocratie représentative et participative.

Mais le 17 mars, à Chartres, la discussion concernant la création d'un conseil municipal des jeunes a suscité nos inquiétudes.

  • Habituellement un CMJ est « animé », ici il sera « présidé ».
  • Ce sera le « conseiller en charge de la jeunesse » qui aura le rôle de tout organiser, sous la présidence du maire.
  • Les thèmes des commissions sont déjà décidés.

Nos inquiétudes se sont confirmées au cours de la discussion. La majorité en place a alors clairement manifesté :

  • sa méfiance envers le rôle éducatif des enseignants, accusés d'être de fervents prosélytes de la gauche.
  • son refus de réfléchir en conseil sur la façon dont les délégués seront choisis. Vote ? Tirage au sort ?
  • son hostilité à inviter, au cours des séances de travail de ce futur conseil, des personnes compétentes sur les problèmes posés par les thèmes choisis.

Les citoyens tirés au sort qui ont participé aux rencontres nationales sur le climat ont été très satisfaits, avant de faire des propositions, que des scientifiques viennent leur décrire la réalité. Pourquoi ne pas donner des conditions analogues aux jeunes ? À 14 ans, on est aussi sérieux et passionné qu'un adulte. Mais la majorité municipale pense que l'information, c'est de l'endoctrinement !

Sensibiliser très tôt les jeunes aux grandes questions politiques, sociétales et sociales, dans des lieux autres que l'École, et en collaboration avec l'Éducation nationale, qui s'en plaindrait ? La gestion par des adolescents de différents aspects de la vie de la Ville peut aboutir à des réalisations originales, inventives et joyeuses.

Dans le vote de cette délibération, nous nous sommes abstenus, parce que les conditions d'un fonctionnement démocratique ne sont pas réunies et que nous ne voulons pas que ce conseil d'adolescents ressemble à la caricature que nous vivons dans les séances du conseil municipal de Chartres.

Jacqueline Marre :jacqueline.marre@ville-chartres.fr

Boris Provost :boris.provost@ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

SPORT ET CULTURE A L'HONNEUR

À l'occasion de cette tribune du mois de juin nous souhaitons revenir sur un certain nombre de résolutions soumises au vote lors du dernier Conseil municipal de mai.

Une fois n'est pas coutume nous allons entamer cette tribune en mettant l'accent sur le volet culturel et sportif. Deux items qui signent le retour à une convivialité plus spontanée due à la décrue continue du nombre de cas positifs à la Covid-19 mais aussi, et plus symboliquement, à l'arrêt du port du masque obligatoire dans les transports en commun et ce depuis le 16 mai.

Concrètement, lors de ce dernier Conseil municipal nous avons notamment validé l'attribution d'une subvention et d'une mise à disposition, au profit de l'association Théâtre du Seuil, de créneaux de programmation dans les équipements municipaux nécessaires à son activité.

Nous avons par ailleurs approuvé la signature d'une convention de partenariat entre l'école du Louvre et la Ville de Chartres concernant le projet d'exposition « abécédaire mémoriel » sans oublier notre vote en faveur de l'attribution d'une subvention à l'association Les Amis de la cathédrale » dans l'optique d'organiser un concert inaugural afin de célébrer l'achèvement des travaux de restauration du tour de choeur en remerciement à tous ceux qui y ont concouru.

Sur le volet sportif, les traditionnelles foulées de la cathédrale ont été mises à l'ordre du jour tout comme le C'Chartres Football ou encore l'association Studio 14 Danse (90 danseurs amateurs) afin qu'elle puisse organiser son show en fin d'année. Nous avons tout naturellement soutenu ces résolutions qui attribuaient des subventions à ces dites associations.

Ceci étant, la résolution sur laquelle nous souhaitons revenir concerne le Contrat de Ville, projet mené notamment avec la concours de L'État qui entend favoriser la cohésion sociale en misant sur des mesures de soutien aux associations et aux équipements sociaux, culturels ou sportifs : l'habitat et le cadre de vie en programmant la réhabilitation ou la reconstruction de logements sociaux, le soutien aux copropriétés et l'accession à la propriété, la réalisation d'équipements collectifs et le développement de l'attractivité des quartiers, le développement économique et l'emploi en mobilisant les dispositifs du service public de l'emploi pour faciliter l'insertion professionnelle des habitants, les valeurs républicaines et la laïcité.

Au titre de cette année 2022, 22 300 euros de participation de la Ville de Chartres ont été attribués contre 13 960 euros en 2021 dont les bénéficiaires sont l'association Boxe Chartraine, Les 3R, le C'Chartres Football et La Dame à la Licorne. C'est un effort que nous encourageons et souhaitons poursuivre.

En 2021, à l'échelle nationale, la progression des moyens de la politique de la ville aura été de 46 millions d'euros. Cette hausse des moyens illustre la volonté et l'engagement du Gouvernement en faveur des 5,4 millions d'habitants des 1 514 quartiers prioritaires.

En revanche, en cohérence avec nos engagements lors de la campagne des élections municipales de mars 2020 nous avons voté contre la résolution qui vise à augmenter la subvention d'investissement de 1 733 446 euros due par la Ville de Chartres dans le cadre de la délégation de service public relative au financement, à la construction et à l'exploitation du parc de stationnement « pôle gare » avec la société Q-PARK.

Nous vous souhaitons un très beau début d'été !

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

Dans un esprit républicain et afin de respecter votre vote aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains, la Majorité municipale n’a pas souhaité publier de tribune ce mois-ci.

Les Élus de la majorité municipale